Les vins Primeurs Bordeaux 2015

La vente des vins en « Primeurs » est un système de vente, il permet d’acheter en avant-première, aux allures de place boursière.
Début avril a été le mois d’un rendez-vous annuel incontournable dans le monde du vin.
On estime 5.000 à 6.000 importateurs, grossistes, distributeurs et amateurs du monde entier qui sont venus dans les Châteaux Bordelais goûter le millésime 2015 en cours d’élevage qui ne sera livré en bouteille que dans deux ans.

 

Qu’annone le millésime 2015 ?

Après des millésimes difficiles, cette année redonne un souffle à Bordeaux.
Il se présente bien, il se démarque principalement sur la rive droite et le sud du Médoc.
Je remarque quand même que sur les articles que je vois défiler sur les Bordeaux Primeurs, tout le monde parle de chiffres, de date, du système… mais au final très peu sur la dégustation, serait-ce confidentiel à ce point ?
Pour ma part, j’en ai goûté quelques uns et il y a quand même quelques inégalités, et ce, même au cœur des appellations. Et pour savoir s’il s’agit d’un bon investissement, il faudra bien regarder château par château…
Pomerol est impressionnant, dentelle, puissance et un grain de tanin très élégant!

 

Et les tarifs ?

Cette année le volume est là ! Donc quels vont être les prix ?

Les bouteilles augmentent en général de 5 à 7 % par an avec une régularité exceptionnelle depuis quelques années. Les bonnes affaires concernent des vins dont les prix se situent entre 30 et 50 euros, et qui bénéficient d’une demande internationale, mais aussi locale.
Les prix, quant à eux, ne sont toujours pas connus. Ils seront dévoilés d’ici au mois de juin au compte goutte. D’un côté, on annonce un millésime meilleur, ce qui se paye, de l’autre, on attend une baisse des prix pour rééquilibrer des années de hausses souvent présentées comme injustifiées.
Après deux années exceptionnelles en 2009 et 2010, notamment liées à une demande asiatique très forte qui ont créé bulle spéculative, les prix sont légèrement retombés les années suivantes, mais pas assez fortement par rapport à la baisse de qualité.

Les acheteurs vont-il être au rendez-vous ?

Seront-ils d’accord d’invertir pendant deux ans avant la livraison des caisses ?
Réponse dans quelques semaines…